Textes divers
 

  • Posté par Molangui ya Pémbé, Le 19 novembre 2007  à 04h11

    Partir à 15 ans ! C’est cruel.

    A l’inverse de la mort du dinausore Noumazalaye, le décès de Calissa Ikama repésente une grande perte pour le Congo.

    Paix à ton âme parti là-haut sur les nuages.

    ________________________________________________________________

  • Posté par Okanda Lékassi, Le 19 novembre 2007  à 12h20

    Le peu que Calissa a écrit dans sa courte vie donne des pistes pour une représentation de son oeuvre soit à l’écran soit sur les planches. On aurait cru qu’elle avait maîtrisé les pratiques du scénario dans sa méthodologie de l’écriture.

    Calissa fut, à cet effet, une vraîe âme précoce, un Mozart de la littérature.

    C’est peut-être pour ça que, comme Wolfgang Amadeus, Dieu l’a retirée très tôt de ce bas monde.

    ________________________________________________________________

  • Posté par Ebalet Mbonguet, Le 19 novembre 2007  à 12h34

    "Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années" 15 ans seulement d’existence sur terre et pourtant une oeuvre qui va durer des siècles. Que les jeunes et les adultes congolais s’inspirent de cet exemple.

    On dit qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. Cette fille vient de nous démontrer qu’il n’est pas non plus trop tôt pour bien faire.

    Que le Seigneur qui a mis en toi ces valeurs que tu as vite fait de partager avec les autres, t’acceuille dans son Royaume où les enfants sont des GRANDS.

    Paix à toi ma fille

    et mes très sincères condoléances au frère et à la soeur géniteur de cette perle si rare qui vient de nous quitter.

    ________________________________________________________________

  • Posté par JANIN PATRICK, Le 19 novembre 2007  à 14h44 Paix a son ame,tres surpris de la mort de ma petite niece et heureusement que son oeuvre restera eternelle a jamais.mes condenleances a toute la famille OBA(IKAMA).Que le Seigneur tout puissant puisse a leger la paine et la douleur.

    ________________________________________________________________

  • Posté par Moussi ngouellet, Le 19 novembre 2007  à 14h51

    C’est une immense douleur pour nous Maman d’apprendre ta mort prématuré , quand on sait ce que tu réprensentes pour nous congolais pour des saines ambitions que tu avais pour hisser la litterature congolaise et l’avenir culturel du congo , nous adressons des sincères condoléances , à toutes ta grande famille et à tous les congolais affectés de très près par ta mort .Nous nous souviendrons de toi dans toutes nos prières et que Dieu soutienne tes parents en ce moment penible et douloureux . Que ton âme reposse en paix. Fille du Congo. voila une qui meriterai d’être decorée à titre postume.

    ________________________________________________________________

  • Posté par PM, Le 19 novembre 2007  à 16h35

    Pauvre petite ! Dieu ait son âme.

    Et dire qu’il manque chez nous, au congo, des talents comme le sien.

    Pauvre petite.

    J’en ai le coeur qui fend.

    Mille pensées à tous ceux qui l’ont connue.

    Je n’ai hélas pas eu le bonheur de lire son roman.

    ________________________________________________________________

  • Posté par aimé jules, Le 19 novembre 2007  à 20h16

    Ma bonne petite fille.mais que s’est il passe.etait elle malade ou quoi. non mais ce n’est pas vrai.vivement qu elle soit inscrite a pantheon des pupilles de la nation. toute mes condoleances a sa famille et meme tout le reste de la famille litteraire congolaise.c’est vraiment dommage.15 ans ! c’est du 92 ça !dommage.

    ________________________________________________________________

  • Le 21 novembre 2007  à 10h37 15 ans c’est l’âge de l’un de mes fils . Mourir à 15 ans alors que les parents sont encore vivants ,il n’ y a pas pire pour nous parents . A 15 ans, déjà propriétaire d’une oeuvre littéraire. Chapeau ma fille ! Mais j’aurai bien voulu te le dire en face, de vive voix et non de cette façon . Mon coeur de mère saigne depuis que tes yeux se sont fermés . Et que ton âme , mon ange repose en paix . A tes parents que je ne connais pas mes condoléances les plus attristées . Et que Dieu vous donne la force de continuer à vivre pour elle qui n’aurait pas voulu que vous baissiez les bras .

    ________________________________________________________________

  • Posté par N’GOLOU, Le 21 novembre 2007  à 15h56 ngolou pour le post 9

    _______________________________________________________________ 

  • Posté par ceciliah onzet, Le 21 novembre 2007  à 18h29

    Je suis sous le choc car calissa en fait est l’une de mes petites soeurs et oui ! une etoile montante de la litterature congolaise c’est avec peine et douleur que j’ecris ce commentaire parce que cela faisait plus d’un an que je ne l’avais plus revue et apprendre qu’elle est morte ............ juste donner mes condoleances a mon oncle jean jacques ikama ainsi qu’a toute ma famille la famille oba j’ai perdu une soeur et ma famille a perdu un espoir ........ ou que tu sois maman ma cheri ma belle petite soeur sache que je t’aimerais toujours et excuse moi si je n’ai pas ete presente ....... je t’aime paix a ton ame eternel accueille ma petite soeur afin qu’elle ne soit pas seul dans l’au dela

    ________________________________________________________________

  • Posté par Transparence, Le 22 novembre 2007  à 12h44

    Calissa écoute ça

    Te voilà petite Calissa Ikama
    Dieu t’a donné un bon karma
    Fulgurante a été ton passage
    Ici-bas où tu fus très sage
    comme sait l’être le poète
    L’au-delà ne te rendra pas muette
    Là-haut perchée sur ton nuage
    Tu regardes le monde sans rage
    Envoie-nous encore de ta prose
    Qui sent si bon la fleur rose

    ________________________________________________________________

  • Le 22 novembre 2007  à 23h56

    Pourquoi le destin est il ainsi cruel ?

    Une jeune adolescente qui aspire à vivre, à grandir, à devenir une femme comblée avec des beaux bébés, voilà que le destin jaloux décide de le réduire au silence éternel.

    Calissa Ikama, je pense à ta beauté qui est passée, forme que je fixe à l’éternel.

    ADIEU, notre petite compatriote, toi qui as choisi l’honneur à la place de la débauche dans laquelle trempent de nombreuses petites filles congolaises.

    Les musiciens de OK JAZZ avaient raison dans la chanson "LIWA YA BOWOULE".

    MOKILI ELINGUI BATO YA MALAMU TE

    BINO BA SANTU BO YAMBA CALISSA IKAMA NA MBOKA NA BINO.

    ADIEU !

    ________________________________________________________________

  • Posté par Chrystom, Le 23 novembre 2007  à 10h02

    Je n’ai plus de mot,oui, dans ce genre de situation on perd souvent son latin.Je partage ici ce que j’avais pensé d’elle et de son livre dès que je l’avais lu :www.africultures.com/index.asp ?menu=affiche_livre&no=1534

    ________________________________________________________________

  • Le 23 novembre 2007  à 22h06

    C’est Dieu qui donne et c’est Lui qui reprend.

    A quinze ans mourir de la sorte !!!

    Si c’est Lui qui a préféré reprendre Calissa, que sa volonté soit faite. Sinon, personne n’a le droit de mettre fin à la vie d’une créature divine. A Dieu la vengeance, à Dieu la rétribution. L’avenir nous le dira. Mireille ma fille, que Dieu te fortifie ainsi que tes enfants sans oublier ton côté paternel, maternel et la grande famille de la littérature congolaise.

    Que l’âme de ma petite-fille Calissa repose en paix !!!

    ________________________________________________________________

  • Posté par , Le 24 novembre 2007  à 20h41

    Vivants sont les morts. L’énergie se redéploie dans la grande source de l’Univers d’où elle va se réincarner pour constituer une autre matrice motrice de l’étincelle divine. Calissa Ikama, tu es vivante. Je t’ai vue dans ce courant de pensée qui a traversé mon imaginaire aujourd’hui. Je te vois chaque jours depuis que mes yeux physiques n’ont plus prise sur toi. Tu es plus vivante que jamais depuis ta dispariton. Soudain, tu as grandi, muse tu es devenue. Ton modèle sert de référence à nul autre pareil. En toi réside l’espoir de cette éternité que le cosmos renvoie à nous autres roseaux pensants.

    ________________________________________________________________

  • Posté par mopreso, Le 25 novembre 2007  à 03h47

    Comment ne pas prendre le temps de presenter des condoléances à la famille de celle que je considère comme une exception de la jeune fille congolaise d’aujourdhui.Calissa Ikama,une exemple à suivre,une fierté pour la littérature congolaise,une image qui restera plus que jamais gravée sur cette terre du fait de sa présence dans le monde de la littérature,monde pourtant très complexe à s’imposer surtout lorsqu’on a que quinze ans. Que la terre te soit légère et que l’oeuvre que t’as laissée inspire et cultive une dynamique nouvelle au sein de nos jeunes filles congolaises.

    ________________________________________________________________

  • Posté par Mireille Mandello alias Mamounet, Le 27 novembre 2007  à 12h44

    Tu me quittes trop tôt mais Dieu seul connaît pourquoi.

    Tu as été une petite fille intelligente, impatiente, courageuse dans toutes les circonstances de ta vie.

    Mes meilleurs moments avec toi c’était à Margency, Institut Curie et au Bourget. Je ne t’oublierai jamais, je vais te pleurer toute ma vie et cela ne s’arrêtera que lorsque je vais te rejoindre à mon tour.

    Que la terre te soit légère et paix à ton âme.

    ________________________________________________________________

  • Le 27 novembre 2007  à 20h06

    posté par CHRISTELLE CANTEY, le 27 novembre à 19h44

    Ma fille adorée chérie, C’est une immense douleur pour moi d’apprendre ta mort prématuré.Mon bébé chérie mon coeur saigne depuis que tu nous a quitté. Que dire je n’ai plus de mot.Je garde des très bons souvenirs de toi,j’ai eu l’occasion de bien te connaître durant l’année 2007.Tu es une perle rare mon bébé,une diva,tu es plus vivantes que jamais dans mon coeur,et dans ma vie.Ma chèrie que la terre te soit souple et légère. Ou que tu sois ma fille chérie mon ange saches que je t’aimerais toujours,je ne t’oublierais jamais,que ton âme repose en paix.

    À ma grande soeur Mireille que Dieu te soutienne en ce moment penible,et douleureux qu’il te donne la force de continuer à vivre pour les enfants qui restent. Ta petite soeur Christelle.

    ________________________________________________________________

  • Le 27 novembre 2007  à 20h41

    Posté par JEAN-MARC MOULEDI,le 27 novembre à 20h20

    À ma princesse Calissa,tu étais ma princesse chérie,partire si tôt que la vie est cruelle. J’ai perdu ma fille,un ange très intelligente,tu as été très courageuse ma chérie une vraie battante.

    Mes meilleurs moments avec toi c’était surtout notre sortis à la foire du trone à Paris,et lorsque nous jouons tous les deux aux jeux video.Tu es dans mon coeur à jamais princesse. Que le seigneur t’accueil dans son royaume que ton âme repose en paix.

    Je t’aime ma chérie ton tonton JEAN-MARC.

    ________________________________________________________________

  • Le 28 novembre 2007  à 08h13

    Je t’ai connue tu devais avoir 4 ans, tu allais à l’école avec Anais à la maternelle à Sainte Anne. J’adorais ton prénom et je pense que c’est grâce à toi que j’ai connu ta maman car je lui ai dit que c’était un beau prénom.

    Anais est allée à Paris mais nous avons continué à nous voir à Clé Phénix. Quand je venais prendre les filles le samedi des enfants venaient vers nous pour que je leur achète une glace, mais toi il fallait que je t’appelle et que j’insiste pour que tu en prennes une.

    Tu sais, dès que Chloé a lu le Triomphe de Magalie, ells s’est mise à écrire, mais elle a écrit juste une page ! Quand elle a appris, elle m’a dit j’aimais bien Ya Calissa.

    Je lui dirai que tu es un Ange au Paradis et que nous t’y retouverons un jour

    ________________________________________________________________

  • Posté par Ta Maman Dane Orlando, Le 28 novembre 2007  à 09h10

    Calissa Ma Fille !

    C’est avec un coeur serré que j’écris ce message. Je me demande pourquoi la vie est ainsi faite. A 15 ans mon Bébé la mort t’a arraché entre nos mains, au moment ou on avait plus besoin de toi YAYA c’est tres difficile a supporté jusqu’a ce jour, mais Dieu seul sait pourquoi.

    Tu étais notre Fierté, notre Joie, une PERLE RARE pour moi, ta maman, et ta mamie. Ta mort m’a donné un coup de poignard au coeur et jai perdu la gaieté de tous les jours que j’avais en regardant ta maman.

    Tu m’as demandé de soutenir ta mere et je te promets que je le ferai jusqu’au bout. Je garde en souvenir tous les petits moments que j’ai eu a passé avec toi, surtout le dernier week end avant ta mort, tu parlais peu, mais pour moi c’était beaucoup.

    Ma fille ! Que Le Bon Dieu te Donne une Place de Choix, car tu le mérites. Je ne te dirais jamais a Dieu car pour moi (Ma CALISSA DORT)je parlerais toujours de toi comme si tu vivais encore. Mes LARMES ne cesseront de couler pour toi ma douce Fille.

    Ta Maman Dano

    ________________________________________________________________

  • Posté par Célestin MOUBOUNGOULOU, Le 1er décembre 2007  à 00h19 Comme une étoile filante, ton passage sur terre aura été prometteur et fulgurant… Je t’ai connue en 1996, lorsque rentrant de ton école maternelle, tu venais attendre ta maman jusqu’à la fin de son service. Dégageant une exceptionnelle joie de vivre et un aplomb surprenant pour ton âge déjà, Calissa tu ne laissais personne indifférent à ta présence lorsque tu écumais nos bureaux pour venir dire bonjour. Ton fort caractère et surtout l’application et la concentration que tu mettais en couchant sur des feuilles blanches les dessins appris en classe que tu t’empressais, par la suite, à offrir à chacun d’entre nous me laisseront un grand souvenir. Je t’ai revue en 2006 durant tes vacances estivales et il me revient encore l’esprit, le détachement que tu avais à répondre à mes questions au sujet de ton premier roman « Le triomphe de Magalie » Deux jours avant ton retour au pays, la veille donc du déclenchement de cette maladie qui allait t’être fatale, ma petite Calissa, ensemble nous évoquions ce deuxième roman dont la rédaction était presque achevée mais le titre pas encore trouvé. Quel cruel destin ! Je mesure, à cet instant présent, la peine incommensurable que tu laisses derrière toi à tes parents Jean-jacques Ikama et Mireille Diane Mandello ainsi qu’à tes frères Addy, Jordan et Joachim. De là haut, tu auras pour l’éternité une place la meilleure qu’il soit, aux côtés du BON DIEU. Adieu Calissa…les bons et les étoiles ne meurent jamais.

    ________________________________________________________________

  • Posté par Kouzavi, Le 1er décembre 2007  à 10h53

    Un vrai gâchis !

    Calissa, je ne te connaissais pas, pourtant l’annonce de la nouvelle de ton décès m’a bouleversé. Des commentaires que j’ai pu lire concernant Le triomphe..., j’ai retenu la promesse de la vitalité d’une écriture malheureusement fauchée par cette nature parfois injuste. Moi, je te fais la promesse d’aller m’abreuver à la source de ton éternité, cet acte par lequel tu auras magistralement triomphé de la mort. Puisse donc ce qui préside à la douceur du séjour éternel te procurer ataraxie à ta convenance. Comme si je t’avais connue, je te dis : “jamais je ne t’oublierai”. RIP, AD VITAM AETERNAM.

    ________________________________________________________________

  • Posté par OUISSIKA Gérard Servais, Le 4 décembre 2007  à 02h59

    Calissa. Dieu a donné,Dieu a repris,que sa volonté triomphe

    "Les âmes des justes sont dans la main de Dieu aucun tourment ne peut les atteindre car ils sont en paix"

    Puisse la lumière du Christ éclairer ton âme à jamais.

    Ton Professeur au Groupe Scolaire Clé Phenix

    Gérard Servais OUISSIKA

    ________________________________________________________________

  • Posté par SiraChloé (D. S. Churchile), Le 6 décembre 2007  à 13h18

    Comment t’oublier ma Fille. Les jours passent, mais ton image est gravée dans ma memoire plus que jamais. Mon coeur saigne, mais que faire...

    Ton sejour sur terre a été un vrai bonheur pour toi meme, tes parents et connaissances. Tu laissais toujours des traces par ta facon de faire. Tu avais ce que les filles de ton age n’avaient pas (La Parole dans la Bouche) tu savais placer les Mots la ou il fallait.

    Grande fut ma joie lors de la sortie officielle de ton roman (Le Triomphe de Magalie) c’etait une fierté d’etre proche d’une fille celebre et bourrée de talents, car c’est pas donné a n’importe qui.Tout le monde etait fiere de toi.

    Je me souviens de tes remarques faites le dernier Week end passé avant ta mort chez ta maman, quand ta maman et moi parlaient d’un Ami qu’on a surnommé (Chien Mechechant). Tu nous a dis Mamans pourquoi Chien ? Et je t’ai repondu en te faisant comprendre que Le Monsieur n’était pas Mechant, mais tres possessif et tu m’as dis : Chercher un autre Nom c’est pas un Animal.

    Les mots me manquent tellement, et je ne sais comment faire pour surmonter a cette douleur que tu as laissé dans mon coeur.

    Tu es le Véritable BIJOU que nous avions perdu Ma Fille. Que ton Ame Repose en Paix.

    Maman SiraChloé (D ?)

    ________________________________________________________________

  • Posté par Le grand Frère Champion aka Copa, Le 8 décembre 2007  à 18h30

    Ma soeur je pleur pour ce court instant que nous nous verrons pas mais je sais que nous nous reverons un jour etant donné que Dieu nous donne la vie et un jour il la reprend.Alors sister ton Champion te dit juste au revoir et à bientot

    ________________________________________________________________

  • Posté par Papounet, Le 10 décembre 2007  à 19h07

    Cher Monsieur,

    j’ai été très attristée par la disparition de Calissa, et je lui suis reconnaissante de m’avoir permis de partager ce dernier moment tellement beau avec elle.

    comme je vous l’avais dis, j’expose son travail sur l’anatomie poétique et je serai heureuse que vous soyez là pour honorer sa mémoire et sa grande personnalité.

    votre peine doit être immense, je comprendrai que vous ne souhaitiez pas être présent et j’espère ne pas vous avoir choqué par cette proposition.

    merci de témoigner à l’ensemble de la famille de Calissa mes sincères condoléances.

    Respectueusement,

     

                                  Elodie Thébault Professeur d’Arts Plastiques de l’Institut Curie.

    ________________________________________________________________

    Posté par Papounet, Le 28 décembre 2007  à 08h42

  • Calissa

    Nous nous souvenons

    Nous nous souvenons qu’en décembre 1998, tu avais à peine 6 ans, tu étais au CP.

    Nous nous souvenons

    Nous nous souvenons qu’à cette époque, 4 mois seulement après le début de ta scolarité, tu te plaisais à lire, sans difficulté, tout écriteau qui se présentait à tes jeunes yeux d’apprenti lectrice.

    Nous nous souvenons

    Nous nous souvenons qu’à la même époque, tu as surpris les serveurs du restaurant "La Manne", à Brazzaville, en lisant de bout en bout et avec une aisance déconcertante, la carte du menu qui nous était présentée.

    Nous nous souvenons

    Nous nous souvenons que, médusé, le Chef des serveurs s’est vu obligé d’inviter ses collègues à assister à ce fait insolite.

    Nous nous souvenons

    Nous nous souvenons que les serveurs s’étonnèrent que des mots et mets étrangers, tels que sandwich et biens d’autres, n’aient pu entraver la progression de ta lecture.

    Nous nous souvenons

    Nous nous souvenons que cet exploit, tu l’as réitéré "Chez Assan", le restaurant qu’il te plaisait de te rendre souvent.

    Calissa, tu as été et tu resteras une Perle rare.

    Que ta grande âme repose en paix !

    Tes adorés  

    ________________________________________________________________

  • Le 21 janvier 2008  à 04h28

    Oh mon Dieu, je tombe par un tres tres grand hasard sur cette page, et pif, le prenom et surtout le non m’interpelle...

    Calissa Ikama...Eh oui, il s’agit bien de la fille adoree de Jean Jacques...

    Une petite pensee du Cameroun de la part d’une amie tres chere de longue date...MD...

    Toutes mes sinceres condoleances a toute la famille. Jean Jacques, je pense tres tres fort a toi.

    Repose en paix belle etoile, Repose en paix Calissa !

    ________________________________________________________________

     

  • © 2018 Fondation Calissa Ikama / Conçu et réalisé par : JJ Ikama