Génie littéraire
 

 

 

 

 

Congolais, africains et tout homme de culture

Admirèrent une irruption en littérature

L’œil adulte du cœur d’une adolescente

Ils s’extasièrent de cette plume naissante

Subodorant que cette verve déjà puissante

Serait le levain de manuscrits à foison

Avec ce qu’elle a laissé, ils avaient raison.

 

 

Immense fut son génie, tout le monde y souscrit

Kolas de réconfort trouvées dans ses écrits

Attestent que pour nous, elle n’a point péri

Météore elle fût, si vive donc éphémère…

Adieu Calissa, que la terre te sois légère !

                      De la part de Mya BABALE,  Cameroun

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


© 2018 Fondation Calissa Ikama / Conçu et réalisé par : JJ Ikama